Fonds Photini Droz

Identification

1.1 Référence CH NEAVO PDR
1.2 Intitulé/analyse Fonds Photini Droz
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

1 boîte d'archives

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Photini Droz est née en 1922, en Grèce d'une mère grecque, Dimitra Zakoura et d'un père suisse, Emile Droz des Eplatures, établi en Grèce depuis 1912. En 1923, le couple choisit de venir vivre en Suisse avec ses quatre enfants, en raison de problèmes de santé d'Emile Droz et malgré les réticences de Dimitra qui est analphabète et ne parle pas le français.

Emile Droz rejoint ses frères aux Eplatures-Grises, dans la ferme familiale et travaille comme terrassier dans un entreprise de construction.Trois filles naîtront encore. La famille vit modestement. La morale et la religion constituent la base de l'éducation des enfants Droz. Les balades dans les champs et les forêts, à Pouillerel, Tête-de-Ran ou jusqu'au Doubs animent les dimanches familiaux de même que les lectures, les chants et l'accueil des connaissances.

Bonne élève et sur les conseils de son instituteur, Photini Droz entre à l'Ecole de commerce. En 1940, après trois ans d'études, elle trouve un emploi aux Coopératives Réunies de La Chaux-de-Fonds qui engagent des jeunes femmes pour suppléer aux effectifs masculins mobilisés. Dès la fin de la guerre, la COOP remplace la raison sociale Coopératives Réunies; les petits magasins de village ferment tandis que le self-service, la publicité, la course au chiffre d'affaire exigent des employés des efforts d'adaptation. Se formant "sur le tas", Photini Droz devient cheffe de bureau et développe le secteur "réclame-publicité" pour lequel elle rédige les Chroniques de Christine, à l'intention des clientes. 

Après avoir travaillé 30 ans à la COOP, Photini Droz choisit de changer d'orientation. Elle est engagée à Pro Senectute au moment où cette organisme se structure et passe du bénévolat au travail professionnel. Jusqu'à sa retraite, elle dirige une petite équipe qui met au point la prise en charge de personnes du 3e âge.

Après la mort de ses parents, elle quitte la ferme et s'installe avec sa soeur Olga à La Chaux-de-Fonds, à la rue de la Promenade 8, dans l'immeuble d'André et Amélie Sandoz avec qui elle était liée.

Retraitée active, Photini Droz a suivi les cours de l'Université du 3e âge, visité musées et galeries, assisté à des soirées culturelles, à la vie de la paroisse réformée, à des groupes de lecture, accompagné une amie aveugle en voyage en France, à Chypre, en Pologne, participé une fois par mois aux journées "marcher avec des contemporains"...

Avoir atteint le 4 âge, dit-elle, permet encore de vivre activement. Les "élagages" se font sans regret mais non dans l'indifférence.

d'après des notes biographiques rédigées par Photini Droz en 2012.

 

2.4 Historique de conservation

Les documents concernant la Grèce ont été rassemblés au fil des années par la donatrice à qui on demandait souvent de parler de son pays d'origine.

Les Souvenirs de famille ont été rédigés à la demande pressante de ses neveux et petits-neveux.

Les Chroniques de Christine ont été photocopiées et rassemblées en un fascicule par une nièce.

2.5 Modalité d'entrée

Don de Photini Droz en août 2009 et juin 2012.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds comprend notamment des cahiers d'écoliers, des journaux personnels de Photini Droz, des copies des Chroniques de Christine, des documents divers ainsi que les Souvenirs de la famille Emile Droz dans lesquels Photini Droz raconte l'histoire de son père Emile Droz qui, en 1912, alors qu'il était jeune vacher donna suite à une annonce insolite:" Grec cherche paysan disposé à mener des vaches à Corinthe. Durée du contrat: 6 mois." Peu après son arrivée en Grèce, Emile Droz épouse Dimitra, une jeune employée de maison. Après douze ans d'une vie difficile, le couple et ses quatre premiers enfants choisit de venir vivre en Suisse en 1923 et s'installe aux Eplatures, dans la ferme qu'occupent les deux frères d'Emile et où naîtront encore trois autres enfants. Le récit relate aussi la vie simple d'une famille de paysans pauvres, les décès, les soucis des années de crise et de guerre, les réseaux sociaux et le rôle important qu'occupe la religion dans la vie quotidienne. Dimitra qui ne sait ni lire ni écrire restera plus de trente ans sans nouvelles des siens jusqu'au jour où Photini Droz se rend en Grèce, en 1957, afin de renouer des liens avec sa famille grecque, liens désormais indéfectibles. Dimitra ne reverra jamais son pays ni sa famille. L'image de cette mère grecque, portée par une foi et un courage sans limites illumine le récit de Photini Droz.

Une notice biographique manuscrite rédigée par Photini Droz complète le fonds.

3.3 Accroissements

Le fonds est fermé.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous aux AVO.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO.

4.4 Langue des documents

Français et gre.

4.6 Instruments de recherche

Inventaire sommaire.

Sources complémentaires

5.1 Localisation des originaux

Chez l'auteure.

5.2 Existence de copies

Dans la famille de l'auteure.

Des exemplaires des Souvenirs de la famille Emile Droz ont été déposés à la Bibliothèque de la Ville à La Chaux-de-Fonds, à la BPUN à Neuchâtel et à la Bibliothèque nationale à Berne.

5.3 Sources complémentaires dans le service d'archives

Non.

5.5 Bibliographie

Non.

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacqueline Rossier et relue par Antoinette Béguin.

7.3 Date(s) de la description

août 2009 et juin 2012



Retour