Fonds Buttin Marguerite

 _fonds_buttin.docx.pdf  (679 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO BUM
1.3 Dates extrêmes 1940-1945
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

1 boîte d'archives

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Le fonds est constitué d’un journal rédigé durant la Seconde Guerre mondiale par une Neuchâteloise habitant alors en France voisine (en zone libre jusqu’en novembre 1942).Il est difficile de retracer le destin de son auteure, Marguerite Buttin. La lecture détaillée du journal de guerre fournira peut-être des renseignements concrets.

Amélie-Marguerite Buttin est née Burkhalter à Neuchâtel le 26 septembre 1888. Elle y décédera 16 avril 1968, dans sa 80e année. Elle épouse le 8 mars 1921, à Neuchâtel, Jules-Louis Buttin, de vingt ans son aîné. Celui-ci est né en 1868 et décédera à Neuchâtel le 20 mai 1958, dans sa 90e année.

Jules Buttin était installé à Montagny (sur Yverdon), où il tenait une pension de chevaux et une école de dressage. Il s’est illustré durant une quinzaine d’années (entre 1889 et 1905 environ) dans les courses de chevaux régionales. Il est premier lieutenant dans l’armée suisse. Pour des raisons que nous ignorons, le couple quitte la Suisse – probablement avant 1924 – et s’installe dans le département français du Jura, à Gatey (près de Chaussin), petite commune dont la population oscille entre 390 (en 1921) et 269 (en 1946) habitants. On peut supposer que Jules Buttin y tenait un domaine équestre. Le couple n’aura pas d’enfants.

Jules et Marguerite Buttin quittent Gatey à la fin des années 1940 ou au début des années 1950. Ils seront dès lors domiciliés à la rue de Vieux-Châtel 23 à Neuchâtel.

2.4 Historique de conservation

Le fonds se trouvait avec d’autres archives appartenant à une famille Reymond (cf. fonds Famille Reymond, no 150) dans la maison de la Grand-Rue 41 à Corcelles pour des raisons qu’il est difficile d’établir. On peut supposer qu’au décès de Marguerite Buttin, son Journal du temps de guerre ait été conservé par sa sœur Lydia Burkhalter (1891-1970), qui habitait à Corcelles à la fin de sa vie (elle demeurait pendant la guerre à la rue de Vieux-Châtel 23 à Neuchâtel).

2.5 Modalité d'entrée

Don de M. Fabrizio Bulgheroni, Corcelles, le 10 décembre 2019.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds est constitué par un tapuscrit original de 538 pages A4 : Les cahiers d’un civil. Journal du temps de guerre, rédigé par Marguerite Buttin et tenu du 13 juin 1940 au 15 avril 1945. Ecrit d’une plume alerte, ce journal relate les faits et gestes du quotidien des années de guerre dans le village de Gatey près de Chaussin (département du Jura). Marguerite Buttin s’intéresse à tout, elle suit aussi de près l’actualité internationale (étant à l’écoute de Radio Sottens et lisant régulièrement la presse) ; elle exprime volontiers ses sentiments sur le cours des choses.

Dans les pages du journal de guerre étaient insérées çà et là des coupures de presse (discours du maréchal Pétain ou de Churchill, cartes montrant l’évolution du front…), quelques lettres et des cartes de correspondance interzones ainsi que des cartes vierges pour correspondre avec des prisonniers de guerre. Le tapuscrit contient quelques annotations manuscrites.

3.3 Accroissements

Le fonds est fermé.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous aux AVO.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO

4.4 Langue des documents

Français

4.6 Instruments de recherche

Inventaire détaillé

Notes

6.1 Notes

La correspondance et les coupures de presse sont classées chronologiquement. Le Journal du temps de guerre est structuré en six cahiers, correspondant à chacune des années du conflit.

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer et relue par Françoise Bonnet Borel.

7.3 Date(s) de la description

Mars 2020.



Retour