Fonds Pagni Claire

 _fonds_pagni_c..pdf  (631 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO CPA
1.3 Dates extrêmes 1900-1990
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

4 boîtes d'archives

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Sur la base des renseignements fournis par la donatrice, on peut retracer ainsi l’histoire des familles Haefliger (Hermann Haefliger étant le père de la donatrice) et Sandoz (Marguerite Sandoz étant la mère de la donatrice).

HERMANN HAEFLIGER

Hermann Haefliger (Neuchâtel, 24 juillet 1881 – 24 janvier 1954), d’origine argovienne, est le fils de Rodolphe-Hermann Haefliger, menuisier-charpentier, et de Marie-Louise Dothaux, concierge de l’Hôtel DuPeyrou. Après un apprentisage chez Suchard, il travaille à l’Usine à gaz avec M. Stucker, propriétaire de l’usine avant sa reprise par la Ville de Neuchâtel. Hermann Haefliger effectue des stages à l’étranger, chez de Wendel et dans la Ruhr. Il va devenir un négociant important de Neuchâtel.

Hermann Haefliger et Ernest Kaeser reprennent en 1909 un commerce de bois de chauffage et autres combustibles dans les anciennes succursales d’Oscar Prêtre. L’entreprise Haefliger & Kaeser SA (HK) se spécialise d’abord dans l’importation de charbon, et dix ans plus tard étend son activité au pétrole. Entre-temps, en 1916, HK opère sa première diversification en reprenant le commerce de matériaux de construction de Gustave Coucoudre : Haefliger et Kaeser : chaux, ciments, gypse, tuyaux en grès et en ciment, briques, houris, lattes et liteaux, carrelage, produits réfractaires – selon l’en-tête du papier à lettres de la maison en 1928. Après la Première Guerre mondiale, HK occupe une place importante sur le marché en important du charbon de France, de Belgique, des Pays-Bas et d’ailleurs encore. Les bureaux se trouvent à la rue des Terreaux 2 à Neuchâtel et l’entrepôt et les chantiers au Mail. HK rachète la quincaillerie Loerch et Robert à la rue du Seyon à Neuchâtel. Le magasin déménagera au Mail en 1966. La démocratisation de la voiture a par ailleurs incité HK à créer une société, Carburants SA, pour distribuer les produits pétroliers dans le canton de Neuchâtel. En 1962, HK a encore créé un département de révision et d’installation des citernes. La société HK est vendue en juillet 2004 par les descendants de la famille Haefliger. (Source : www.hksa.ch/historique.php)

Hermann Haefliger joue un rôle important dans la cité. Il est le promoteur en 1925 du Comptoir de Neuchâtel (qu’il préside de 1925 à 1942), de l’Association pour le développement de Neuchâtel (ADEN), qu’il préside dès sa fondation en 1926. Il préside aussi la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie (1934-1954), l’Association suisse des marchands de matériaux de construction et l’Union suisse des importateurs de charbon. Membre de la Chambre suisse du commerce de 1935 à 1954, il est aussi actif à l’étranger, surtout en France où il est le représentant exclusif de la Société houillère de Sarre et Moselle, directeur de Charfrance (pôle suisse d’importation du charbon français). En sus, Hermann Haefliger est membre de divers conseils d’administration : Crédit foncier neuchâtelois, La Neuchâteloise Assurances (où il succède à Max Petitpierre come président du Conseil d’administration en juin 1945), Compagnie des Tramways neuchâtelois (dès 1926, président depuis 1939), Comité local de la Banque nationale suisse…

Président-fondateur des Jeunes radicaux, Hermann Haefliger est conseiller général radical de la ville de Neuchâtel de 1915 à 1935 (président du Conseil général en 1919-1920). Il est membre de la Commission des services industriels de 1921 à sa mort, ainsi que de la Commission de l’Ecole supérieure de commerce de 1922 à 1948 (président de 1940 à 1948). Président de la Société de chant de l’Orphéon de 1916 à 1925, il dirige durant plusieurs années la Société fédérale de chant. Il est aussi membre du Rotary, qu’il aura l’occasion de présider.

Hermann Haefliger a un oncle (Henri Haefliger) et quatre tantes (Adèle, Elise, Rose et Marie, dont aucune ne se mariera). Celles-ci tiennent le pensionnat Roseneck à Lausanne et finiront leur vie au Cottendart, à Chamblandes (près de Lausanne). Hermann Haefliger épouse en 1916 Marguerite Sandoz. Le couple aura cinq filles : Suzanne, Marie-Rose (dite Lilette), Monique, Jeannette et Claire. Cette dernière est la donatrice du fonds. Hermann et Marguerite Haefliger acquièrent en 1924 une maison avec un grand jardin à la Cité de l’Ouest 3, à Neuchâtel. Ils possèdent aussi depuis 1918 un chalet à Chaumont. Hermann Haefliger a par ailleurs une cousine, Marguerite, qui épouse Cyril Meade-King et vit avec sa famille à Bristol, en Angleterre.

MARGUERITE HAEFLIGER-SANDOZ (1895-1990) est la fille aînée d’Henri Sandoz, vétérinaire cantonal à Neuchâtel, originaire du Locle et de Dombresson, et de Mathilde Schmidt. Elle a six sœurs : Germaine (qui aura un enfant), Nelly, Hélène, Madeleine (décédée de la tuberculose) et Irène – ces quatre sœurs resteront sans enfants – et enfin Yvonne, ophtalmologue (qui aura pour sa part quatre enfants). La famille vit dans un immeuble situé à la rue de l’Evole 3 à Neuchâtel. Le rosiériste Victor Hauser à Vaumarcus crée en 1937 une rose rouge foncé à laquelle il donne le nom de « Madame Hermann Haefliger ».

IRENE BAUR-SANDOZ est née le 17 juin 1904. Après sa formation initiale à Neuchâtel, elle entreprend des études de pharmacie à l’Université de Bâle. Elle accomplit l’essentiel de sa formation pratique à la pharmacie Albrecht, à Bâle. En 1923, elle effectue un séjour à Londres et à Tarland, en Ecosse. Elle épouse Félix Baur, pharmacien et également musicien. Les deux conjoints, qui n’auront pas d’enfants, vivront une vingtaine d’années en Argentine, où Félix Baur représente la firme pharmaceutique Ciba. Après la Deuxième Guerre mondiale, ils rentreront en Suisse pour s’établir à Bâle.

La famille Sandoz a essaimé aux Etats-Unis, au Nebraska. Le grand-oncle d’Irène et de ses sœurs, Jules Sandoz, dit « Old Jules », s’y est fait un nom grâce à sa fille Mari Sandoz, professeure à New York, qui a écrit l’histoire de son père et a raconté les légendes et les histoires des Indiens de la région. Irène Baur-Sandoz a rencontré une fois Mari Sandoz à New York, ce qui explique qu’elle ait entretenu une correspondance avec ses cousins d’Amérique.

En épousant une sœur de Mathilde Schmidt, Martha, Félix Gauchat, professeur à l’Université de Zurich, devient l’oncle des sept filles Sandoz. Il travaillera au glossaire des patois de la Suisse romande. Son frère René Gauchat, ingénieur à Zurich, correspond avec Marguerite et Irène Sandoz.

2.4 Historique de conservation

Les papiers relatifs à la famille Haefliger ont été conservés notamment par Mme Irène Baur-Sandoz, et en partie par Mme Marguerite Haefliger-Sandoz. Au décès de cette dernière, en 1990, ces papiers de famille ont été mis de côté par Mme Claire Pagni, qui les a déposés aux AVO en janvier 2015. Les documents émanant d’Irène Sandoz, sœur de Marguerite Haefliger-Sandoz, ont été donnés à Claire Pagni par Mme Sacha Suter, dont Irène et son mari Félix Baur s’étaient occupés durant leur long séjour en Argentine et qu’ils considéraient un peu comme leur fille adoptive.

2.5 Modalité d'entrée

Dépôt de Mme Claire Pagni, à Neuchâtel, 2015.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds contient des documents qu’on peut regrouper en trois catégories :

A. Papiers liés à Hermann Haefliger
Il s’agit, outre divers actes officiels et documents liés à la formation d’Hermann Haefliger, de papiers successoraux, d’une correspondance très diversifiée, avec notamment une suite de lettres d’une cousine résidant en Angleterre (Marguerite Meade-King), ainsi que de dossiers liés à des travaux de réfection d’une maison à Neuchâtel et d’un chalet à Chaumont.

B. Papiers liés à Marguerite Haefliger-Sandoz
Il s’agit tout d’abord de divers documents liés à la scolarité, à l’instruction religieuse et aux années de jeunesse de Marguerite Sandoz, ainsi qu’à la maison familiale de la rue de l’Evole à Neuchâtel. Pour l’essentiel, le fonds contient une vaste correspondance : lettres écrites par Marguerite Haefliger à son mari quand celui-ci était en affaires à l’étranger ou en cure à Vittel, lettres et cartes postales reçues de multiples auteurs. S’y ajoute un modeste journal tenu au chalet de Chaumont entre 1964 et 1986.

C. Papiers liés à Irène Baur-Sandoz
Il s’agit des lettres écrites par Irène Sandoz et surtout des lettres et cartes postales qui lui sont adressées, dont un intéressant courrier (1918-1921) de Jean Riquaire, jeune Français réfugié en Suisse en 1917-1918 et dont Irène avait fait la connaissance à l’école. Une jeune fille, Marie-Alberte Crane, avait également été reçue par la famille Sandoz durant la guerre et s’était liée d’amitié avec Irène Sandoz. Elle écrit à Irène depuis Nantes, Paris, et enfin Nouméa (1918-1922). Le fonds contient aussi diverses correspondances avec des membres de la famille Sandoz émigrés aux USA (Nebraska, Oregon, Californie, Minnesota et Texas), tous descendants du fameux patriarche « Old Jules ».

S’y ajoutent des documents liés à la formation scolaire et à l’instruction religieuse d’Irène Sandoz, ainsi que diverses pièces.

3.3 Accroissements

Le fonds sera peut-être complété par d’autres documents.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous aux AVO.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO

4.4 Langue des documents

Français, anglais.

4.6 Instruments de recherche

Inventaire détaillé

Sources complémentaires

5.4 Sources complémentaires dans d'autres services d'archives

Il existe un dossier Haefliger aux Archives de l’Etat de Neuchâtel.

5.5 Bibliographie

Hermann Haefliger : 24 juillet 1881 – 25 janvier 1954 : in memoriam [s.l.] ; [s.n.]; [s.d.] (Neuchâtel, Delachaux et Niestlé); 37 p.; portrait; 22 cm.

JUNIER (Blaise), Haefliger et Kaeser SA HK 1909-1984, Neuchâtel, 1984

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer.

7.3 Date(s) de la description

27.11.2017



Retour