Fonds Sahli Anne-Charlotte

 _fondsacsahli.pdf  (595 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO SAC
1.3 Dates extrêmes 1844-2017
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

5 boîtes d'archives

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Anne-Charlotte Sahli, donatrice du fonds, est originaire de Boudry. Elle est née le 28 août 1939 à Neuchâtel. Après avoir suivi les cours de l’Ecole secondaire de sa ville, où elle est marquée par l’enseignement d’Edmée Montandon, connue pour ouvrir ses élèves au monde, elle obtient sa maturité fédérale (type B) en 1958 à l’Ecole supérieure de jeunes filles de Neuchâtel. Initiée à l’histoire de l’art par son professeur Jean-Louis Ferrier, elle suit les cours de l’Ecole d’art de La Chaux-de-Fonds, avec notamment le peintre Lucien Schwob, comme étudiante externe. Elle obtient en parallèle un certificat de psychologie et de sciences pédagogiques à l’Université de Neuchâtel. Titulaire du brevet cantonal (brevet A) pour l’enseignement du dessin artistique et de l’histoire de l’art, elle enseigne dès l’année scolaire 1962-1963, tout d’abord à St-Aubin, puis à l’Ecole secondaire de Neuchâtel, au collège des Terreaux et ensuite au collège du Mail dont elle organise les salles de dessin. C’est là qu’elle crée les camps d’expression artistique en 1968, camps qu’elle animera avec différents collègues (Jacqueline Rossier, Jean Martenet, Annie Junod, etc.) jusqu’en 1978. En 1985, Anne-Charlotte Sahli est nommée professeure au Gymnase cantonal de Neuchâtel (actuel Lycée Denis-de-Rougemont). Elle y réalisera entre autres des décors pour les représentations théâtrales des élèves.

En parallèle à son activité d’enseignante, Anne-Charlotte Sahli mène une carrière artistique. Elle complète sa formation avec le peintre Rudolf Mumprecht à la Kunstgewerbe Schule de Berne, suit des stages de restauration de tableaux au Kunstmuseum de la ville fédérale, s’initie à la calligraphie chinoise, complète sa formation de graveure dans différents ateliers en Suisse ainsi qu’à Lyon et Paris (Atelier Lacourière). Elle travaille en résidence à la Cité Internationale des Arts à Paris : création de portefeuilles d’estampes à l’Atelier Torben Halbirk. Anne-Charlotte Sahli a exposé dans diverses galeries et dans des musées en Suisse, France, Grèce et Chine. On trouve ses œuvres dans les collections de l’Etat de Neuchâtel, de différents musées, de bibliothèques universitaires et privées en Suisse, en Europe et en Chine.

Anne-Charlotte Sahli fonde en 2005 l’Association des Editions de la Caille, avec Jacques Pierre Amée, publiant dans ce cadre plusieurs livres d’artistes (poèmes et estampes). Une monographie sur son œuvre, Traces, est publiée au printemps 2018.

Le fonds contient des pièces relatives aux parents et aux grands-parents de la donatrice. La mère d’Anne-Charlotte Sahli, Germaine Brigaldin (St-Blaise 1903 – Neuchâtel 1986), a suivi des cours à l’Ecole supérieure de commerce et à l’Ecole professionnelle des jeunes filles de Neuchâtel (section coupe et confection). Ne trouvant pas d’emploi de maîtresse de couture, elle devient secrétaire de direction à La Bâloise Assurances. Elle se marie le 4 juillet 1936 avec Charles Sahli.
Germaine Brigaldin est la fille d’Henri Brigaldin (1876-1960), habitant de Saint-Blaise, et de Caroline Hofstettler (1878-1960), qui se sont mariés à St-Blaise le 20.10.1900. Le couple a une autre fille, Anna Brigaldin (1901-1981), qui épouse André Evard (1900-1940). André et Anna iront chercher du travail en Belgique à cause de la crise. André, devenu administrateur de kiosques, décède en Belgique. Sa veuve Anna et leur fils Louis Evard (né en 1931) prendront au début du mois de mai 1940 le dernier train partant de Bruxelles pour la Suisse.

Henri Brigaldin est le fils de François-Joseph Brigaldin (Lauterbourg, Bas-Rhin, 12.09.1840 – St-Blaise, 07.09.1898) et Marie-Louise Sterchi (St-Blaise, 14.12.1844 – 07.03.1916). F.-J. Brigaldin, installé comme maître bottier à St-Blaise, est venu d’Alsace. Il obtiendra sa naturalisation suisse en 1895. Henri Brigaldin, après un apprentissage de jardinier à Soleure, devient monteur-ajusteur chez Martini du 04.11.1914 au 28.05.1926. Chargé de convoyer des chassis pour l’armée française en pleine 1ère Guerre mondiale, il sera arrêté à Lyon comme déserteur, son père ayant oublié de signaler qu’il était mentionné (comme mineur) dans son acte de naturalisation suisse…

Originaire de Wohlen (BE), le père d’A.-C. Sahli, Charles Sahli, est né le 26.09.1900 à Boudry. C’est le deuxième fils de Rodolphe Sahli (qui a fondé avec son frère une fabrique de chapeaux de paille à Boudry, à l’enseigne de Sahli Frères) et Lina Ritter. Après avoir obtenu son diplôme de commerce en 1919, qui couronne un apprentissage chez Barbey, mercerie et bonneterie en gros à la rue du Seyon, Charles Sahli devient commis au département de Justice de l’Etat de Neuchâtel, où il terminera sa carrière comme 2e secrétaire. Pour régulariser son statut de fonctionnaire de l’Etat de Neuchâtel, il demande à être agrégé à la commune de Boudry en 1932. Suite à une tuberculose contractée au service militaire, Charles Sahli séjourne à Leysin, puis à Montana, en 1927. Avec ses trois frères Alexandre (l’aîné), Paul et Jean (ses deux cadets), il fonde la section de Boudry de la Société fédérale de gymnastique. Il contribue activement à l’organisation de la Fête fédérale de gymnastique qui se tient à Planeyse en 1929.

2.4 Historique de conservation

Le fonds a été conservé par Anne-Charlotte Sahli, qui l’a trié avant de le confier aux AVO au cours du 2e semestre de l’année 2017.

2.5 Modalité d'entrée

Don de Mme Anne-Charlotte Sahli, Neuchâtel, 2017.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds contient :
a) des documents officiels (passeports, cartes d'identité, diplômes obtenus, livrets de service, etc.), et quelques documents des grands-parents respectifs d’Anne-Charlotte Sahli ;
b) des papiers officiels, des diplômes, un peu de correspondance d’ordre professionnel et privé de Charles et Germaine Sahli-Brigaldin ;
c) quelques pièces liées à la famille de Charles Sahli ainsi qu’à Anne Evard, sœur de Germaine Sahli-Brigaldin ;
d) un ensemble de pièces relatives à un bien foncier à Saint-Blaise (vigne), à une maison à Neuchâtel et à une maison de vacances à Mauborget (VD) ;
e) des documents sur la formation scolaire et religieuse d’Anne-Charlotte Sahli, diverses pièces liées à son parcours professionnel d’enseignante, des lettres écrites de Crète par la belle-sœur du maire d’un village de Crête où Anne-Charlotte Sahli s’était installée avec une classe de jeunes filles de l’Ecole secondaire de Neuchâtel (toutes logées chez l’habitant), un dossier consacré aux camps d’expression artistiques organisés par A.-C. Sahli au Mont-de-Buttes (1968), Monts-de-Pully (1969), La Chaux-du-Milieu (1970), La Corbatière (1971), Bellevue sur Bevaix (1972), Les Emibois (1973), Lignières (1974), Les Bayards (1975), Corcelles-sur-Concise (1976), Le Cerneux-Godat (1977) et Le Col-des-Roches (1978) ;

f) six carnets relatifs à la création de deux livres d'artistes réalisés par Anne-Charlotte Sahli sur les poèmes de Jacques-Pierre Amée (2004-2006)

g) les archives personnelles d’Anne-Charlotte Sahli mises sous embargo jusqu’en 2050 : correspondance privée avec André (1971-1973), journal intime et journaux de voyage (dès 1971).

3.3 Accroissements

Accroissements possibles.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est partiellement accessible sur rendez-vous aux AVO. Les archives personnelles d’Anne-Charlotte Sahli ne pourront être consultées qu’à partir de 2050.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO

4.4 Langue des documents

Français

4.6 Instruments de recherche

Inventaire

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer.

7.3 Date(s) de la description

Décembre 2017



Retour