Fonds Villars Michel

 _du_fonds_michel_villars.pdf  (554 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO MVI
1.3 Dates extrêmes 1779 – 1970 environ
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

1 boîte d’archives et 5 albums

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Le fonds contient des documents des familles Aufranc et surtout Villars.

Louis Villars (1810-1863), charpentier à Evilard, épouse Eugénie Aufranc, fille d’Abram Louis Aufranc. Le couple a six enfants.

Le plus connu d’entre eux est Louis-Gustave Villars (1841-1924). Après un apprentissage de charpentier, celui-ci séjourne à Büren sur l’Aar pour y apprendre l’allemand. Il s’installe ensuite comme charpentier à Evilard, puis travaille à la Banque cantonale bernoise avant de devenir contrôleur des contributions foncières et enfin préposé au registre foncier de la commune de Bienne. Il est secrétaire communal, puis maire d’Evilard, notamment pendant la construction des routes Sompieu-Taubenloch (1872-1873), Evilard-Macolin et Evilard-Orvin. Il préside le Conseil d’administration du funiculaire Bienne-Evilard. Il a aussi œuvré pour le réseau de distribution d’eau à Evilard.
Louis-Gustave Villars sera le tuteur des enfants de François-Louis Villars (Marie, Julie, Louise, Jules et Ernest).

Le fonds contient entre autres des lettres de Théophile Villars (né le 24 juin 1807), fils de Frédéric Villars et Marianne Bessire et donc frère de Louis Villars. Théophile Villars est parti gagner sa vie en Russie en septembre 1847. Marié à Elise, Théophile Villars a deux garçons : Albert et Paul (décédé en 1848) ainsi que deux filles : Emma et Hortense (née en 1847 après le départ de Théophile).

Un autre Théophile Villars, fils cadet de Frédéric et de Catherine Villars, a émigré en Amérique. Devenue veuve, sa mère Catherine Villars avait été placée sous tutelle avec ses cinq enfants (Jean-Jacques, Emilie, Elise, Marie et Théophile).

Le graveur Louis Villars crée son entreprise de productions graphiques à Neuchâtel en 1948. En 1956, il s’associe à l’entreprise Montbaron & Co, fondée en 1898, qui devient Clichés Villars & Cie. En 1970, avec le développement de l’offset, celle-ci se nomme Photolitho Villars & Cie. Avec l’avènement du numérique, elle prend en 2001 le nom de Villars Graphic S.A. Le donateur du fonds, Michel Villars, en est l’actuel directeur opérationnel.

2.4 Historique de conservation

Le fonds était conservé dans les locaux de Villars Graphic S.A., rue de la Côte 72, à Neuchâtel.

2.5 Modalité d'entrée

Don en septembre 2014 de M. Michel Villars, Neuchâtel.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds contient cinq albums constitués par les donateurs du fonds : enveloppes de lettres (1870-1942) ; enveloppes timbrées de l’étranger ; photographies (un premier album du début du XXe siècle au début des années 1930, un deuxième avec des photos postérieures à 1937, un dernier avec des photographies diverses). Le fonds comprend également un classeur de cartes postales adressées à la famille Villars.

S’y ajoutent des correspondances, des actes notariés, quelques autres papiers officiels, des quittances, des documents divers (calendrier pour 1901, cahier de poésies, notes d’un cours élémentaire sur la fortification des campagnes, etc.). Le tout concerne essentiellement la région d’Orvin – Evilard.

3.3 Accroissements

Le fonds est fermé.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous aux AVO.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO

4.4 Langue des documents

Français et allemand

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer et relue par Jacqueline Rossier.

7.3 Date(s) de la description

Novembre 2017.



Retour