Fonds Gilchrist-Nussbaum Madeleine

 _gilchrist-nussbaum.pdf  (537 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO MGN
1.3 Dates extrêmes 1905-1957
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

1 dossier d'archives.

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

La principale destinatrice des lettres, Angèle Nussbaum-Nydegger (1881-1957) est la fille de Rodolphe Nydegger et de Ida Nydegger, née Jacot. Angèle épouse en avril 1905 Pierre Nussbaum (1878–1918), paysan dans la ferme dite des Maillards (ou Le Maillard) sur Pouillerel (Les Eplatures), qui décède de la grippe espagnole en 1918, la laissant seule avec sept enfants. Angèle a deux sœurs : Marthe Matthey-Nydegger (née en 1884), à qui sont adressées quelques lettres, et Jeanne (née en 1893).

Angèle Nussbaum a aussi un frère, Reynold (né en 1882). Reynold Nydegger écrit à ses parents et à sa sœur Angèle depuis les Etats-Unis où il se fera appeler Ray De Nyger. Il travaille d’abord dans la prospection pétrolière à Bartlesville (Oklahoma), avant de s’établir en Californie, à Santa Maria (près de Los Angeles).

Angèle Nussbaum a par ailleurs une cousine qui lui écrit régulièrement : Berthe Alice Matile. Celle-ci est née le 21 septembre 1892 aux Replattes et décédée le 23 décembre 1978 à Kamloops (Colombie britannique). Elle épouse le 3 juin 1914 à Winnipeg Edmond Bächtold (né le 18 juin 1890 à Ardon). Le couple a trois enfants : Charles Ralph (Charli), Violette Lydia (décédée en 2009) et Jean Numa. Angèle Nussbaum habite dans une ferme isolée sur les hauteurs de Pouillerel, bien connue de Berthe. Comme cette dernière vit aussi dans un coin perdu, les deux femmes peuvent se sentir en symbiose.

L’essentiel des lettres de Berthe sont écrites depuis Beynes, Saskatchewan : ce hameau est situé entre le village de Whitewood et la mission de Saint-Hubert dans le sud-est de la province de la Saskatchewan. Il n'y a jamais eu un village à cet endroit. Un district scolaire avait été créé au début du 20e siècle et on y avait ouvert une petite école de campagne. Autant l’école que le district scolaire portaient le nom de Beynes School District #815. En 1914, un bureau de poste est ouvert dans la maison d’un particulier et on lui donne le nom de Beynes Post Office. Le bureau de poste est resté ouvert jusqu’en 1963. (Source pour ces renseignements: People Places, The Dictionary of Saskatchewan Place Names de Bill Barry, 1998).

Le fonds contient encore quelques lettres adressées des Etats-Unis à la famille d’Angèle Nussbaum restée à La Chaux-de-Fonds par :
a) Laure-Henriette Vautravers. Née en 1872, cette cousine d’Angèle Nussbaum a un frère, Jules, né en 1871, et une sœur, Juliette, née en 1875. Tous les trois ont émigré aux Etats-Unis. Laure a deux enfants : Alice, née en 1894, et Walter, né en 1897. Laure habite au Kansas, dans le village d’Onaga.
b) Juliette Junod. Née le 29 mai 1875, Juliette Junod, sœur de Laure Vautravers et donc aussi cousine d’Angèle Nussbaum, a résidé au Kansas, puis en Californie.
c) Walter Vautravers. Fils de Laure Vautravers, Walter est établi à Moline, puis à Atlanta (Kansas).
d) Rose Nicolet. Rose (qui a une sœur prénommée Adèle) adresse une lettre (en 1915) à son cousin Pierre Nussbaum, mari d’Angèle, depuis Boston où elle se trouve alors.

2.4 Historique de conservation

Le fonds a été conservé par la destinataire des lettres, puis par sa petite-fille.

2.5 Modalité d'entrée

Don de Mme Madeleine Gilchrist-Nussbaum, petite-fille de la destinatrice des lettres, par l’intermédiaire du Musée d’histoire de La Chaux-de-Fonds.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds contient douze lettres et cartes postales du grand-oncle de la donatrice, Reynold Nydegger, adressées par ce dernier à sa sœur Angèle Nussbaum. S’y ajoutent quatorze lettres de Berthe-Bächtold-Matile à sa cousine Angèle Nussbaum. Neuf lettres sont encore envoyées à Angèle Nussbaum ou à sa famille par des cousins installés aux Etats-Unis, juste avant ou juste après la 1ère Guerre mondiale. Toutes ces missives rendent compte du quotidien de ces émigrés modestes (paysans pour la plupart) partis des Montagnes neuchâteloises et restés attachés à leur famille et à leur terre d’origine.

Le récit de vie rédigé en 1976, peu avant son décès, par Berthe Bächtold-Matile (version originale anglaise - "Gone with the wind" - et traduction de Madeleine Gilchrist-Nussbaum) complète utilement le fonds.

3.3 Accroissements

Le fonds contient des copies et des lettres originales. Les copies seront remplacées à terme par les originaux. L’ensemble des documents ont été scannés.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous aux AVO.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO.

4.4 Langue des documents

Français essentiellement. Deux lettres en anglais ont été traduites en français.

4.6 Instruments de recherche

Inventaire détaillé.

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer et relue par Marie-Paule Droz-Boillat.

7.3 Date(s) de la description

Décembre 2016.



Retour