Fonds Emilie Tissot-Suter

Identification

1.1 Référence CH NEAVO ETI
1.2 Intitulé/analyse Fonds Emilie Tissot-Suter
1.3 Dates extrêmes 1913 - 2000
1.4 Niveau de description

Dossier

1.5 Importance matérielle et support  

1 fascicule de 12 pages A4 accompagné de quelques photographies.

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Emilie Tissot-Suter est née en 1913 aux Monts-sur-Le Locle, dans une famille modeste. Sa mère meurt tôt en laissant un veuf avec sept petites filles. Emilie Tissot-Suter fut l'épouse d’André Tissot, ancien directeur du Gymnase de La Chaux-de-Fonds et la mère de Lucien, Alain, Louis et Anne Tissot.

2.5 Modalité d'entrée

Don de son fils Alain Tissot, ancien professeur au Lycée Blaise-Cendrars à La Chaux-de-Fonds et fils d'André Tissot qui en a été le directeur.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le récit d’Emilie Tissot, intitulé La Porte ouverte, comporte trois parties nettement distinctes : son enfance qu’elle raconte avec beaucoup de détails, ses années de mariage qui font l’objet d’un récit plutôt laconique et une sorte de conclusion qu’elle rédige au home des Fritilaires dans lequel elle vient vivre après la mort de son mari. Un curieux concours de circonstances fait que ce home occupe désormais la maison du peintre Maurice Matthey, maison voisine de celle des parents d’Emilie et dans laquelle elle avait si souvent trouvé refuge dans son enfance.

Emilie Tissot a commencé d'écrire à la demande de ses enfants à qui elle avait très souvent raconté son enfance difficile. Un de ses fils lui a offert un grand cahier cartonné dans lequel elle a rédigé ce récit entre 1975 et octobre 2000. Le texte manuscrit reste la propriété des enfants Tissot. Au moment de se mettre à écrire, Emilie Tissot s’est montrée réticente. Elle pensait qu’elle n’y parviendrait pas étant donné sa modeste formation scolaire et intimidée par la présence de son mari, docteur en lettres et auteur, entre autres de Famille Tissot-Daguette du Locle, des Planchettes et de la Ferrière, bourgeoise de Valangin, un document complété par des recherches généalogiques de Pierre-Arnold Borel (1987).

3.3 Accroissements

Fonds fermé.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.2 Accessibilité

Le fonds est accessible sur rendez-vous.

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO.

4.4 Langue des documents

Français

4.6 Instruments de recherche

Aucun.

Sources complémentaires

5.1 Localisation des originaux

Au domicile du donateur.

5.2 Existence de copies

Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds et Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, en complément du texte d'André Tissot.

5.3 Sources complémentaires dans le service d'archives

Non.

5.5 Bibliographie

Yoan Veya et Jean Prétôt, Exemples de récits de vies ordinaires: Fonds Emilie Tissot-Sutter, Nelly Grossenbacher, Maurice Girardin, Denise Aeschlimann. Séminaire d'histoire II : L’individu et l’histoire. Théories et pratique de la biographie, prof. Ph. Henry. Institut d'histoire de l'Université de Neuchâtel, 2007.

André Tissot et P.-A. Borel, Famille Tissot-Daguette du Locle, des Planchettes et de la Ferrière, bourgeoise de Valangin, 1987

Notes

6.1 Notes

Des extraits de ce récit ont été exposés à l'occasion de l'exposition Des Neuchâtelois et des Neuchâteloises venus d'ailleurs, présentée à l'Office fédéral de la Statistique et organisée dans le cadre des manifestations Neuchàtoi mai-novembre 2006.

Le plan de la maison d'enfance d'E. Tissot a été exposé lors de l'exposition VOS SOUVENIRS SONT NOTRE MEMOIRE à la BPUN, novembre 2008-avril 2009.

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacqueline Rossier et relue par Antoinette Béguin.

7.3 Date(s) de la description

11 mai 2004.



Retour