Fonds Bourquin Jean-Paul

 Plan de classement et inventaire numérique  (80 Ko)

Identification

1.1 Référence CH NE AVO JPB
1.3 Dates extrêmes 1878-1980
1.4 Niveau de description

Fonds

1.5 Importance matérielle et support  

2 boîtes d'archives

Contexte

2.2 Histoire administrative / Notice biographique

Sur la base des renseignements fournis par la famille du donateur, on peut retracer ainsi l’histoire de la famille Bourquin – Baillod.

Famille Bourquin-Jaccard

Albert Bourquin-Jaccard (1860-1948) est un notable de La Chaux-de-Fonds où il passe toute sa vie. Chef d’une maison d’horlogerie, il préside la Société des fabricants d’horlogerie de la ville, la Société suisse des spiraux et fait partie de la direction du Bureau de contrôle des matières d’or et d’argent. Il dirige également l’entreprise de construction Bourquin et Nuding. Président de la Société des intérêts immobiliers, de la Société d’embellissement de La Chaux-de-Fonds, du Conseil d’administration des Tramways de La Chaux-de-Fonds, etc., il est aussi ancien d’Eglise, skieur, escrimeur. (Cf. en annexe l’extrait du dictionnaire Biographisches Lexikon verstorbener Schweizer, 1950, p. 440). Albert Bourquin épouse Marie-Caroline Jaccard (1861 – 4 juin 1963), de Sainte-Croix. Le couple aura cinq enfants :

1. Julien Albert Bourquin (1885-1959), pasteur à Fenin de 1913 à 1916, à Saint-Martin de 1916 à 1928, puis à Cortaillod de 1928 à sa retraite. Julien Bourquin, qui est notamment président de la Société d’histoire et d’archéologie du canton de Neuchâtel de 1941 à 1943, a écrit un livre sur le pédagogue Jules Paroz : Des portes qui s’ouvrent ou la vie de Jules Paroz, 1824-1906 (publié en 1954). Il rédige aussi des chroniques pour la Feuille d’avis de Neuchâtel sous le nom de JAB. Il épouse Violette Gros (1892-1985), dont il a deux fils : Daniel Julien (1916-2012) et Jean-Paul Bourquin (né en 1917). Violette Gros est la fille de James-Louis Gros – ou Gross (1849-1912), dont le fonds contient le livre d’or de sa maison de La Neuveville, et de Julie Scholl (1857-1895), dont le fonds contient un cahier de poésies recopiées.

2. André Bourquin (1887-1984), architecte à La Chaux-de-Fonds, père de deux filles : Claudine (qui épouse Roger Jaccard à Genève) et Huguette, sœur de Saint-Loup.

3. Emile Bourquin (1888-1964), ophtalmologue à Lausanne, qui aura trois enfants : Jacques, Jeanne-Marie (qui épouse Philippe Dudan à Lausanne) et André, lui aussi ophtalmologue.

4. Inès Bourquin (1891-1985), qui épouse Paul Baillod (voir ci-dessous), sans enfants.

5. Gustave-Albert Bourquin, dit « Chou », qui s’installe aux Etats-Unis à South-Gate, et qui aura une fille, Arlette (qui épouse M. Dale-Harding), installée à Whittier en Californie. C’est ce fils cadet qu’Albert Bourquin et Marie-Caroline Jaccard son épouse iront voir à New York en 1939. Un des carnets de Marie-Caroline Bourquin-Jaccard relate justement ce voyage.

Famille Delachaux

Cinq livres de comptes du fonds proviennent de Louise et Lucie Delachaux. L’épouse de Jean-Paul Bourquin, Jacqueline, est en effet la fille de Charles-Ferdinand Marignane (1892-1939) et de Madeleine Delachaux (1887-1975). Madeleine Delachaux est la sœur de Louise Delachaux (1876-1974) et de Lucie Delachaux (1889-1992). Toutes trois sont les filles de Paul Delachaux (1850-1912), fondateur des éditions Delachaux et Niestlé, et de Lucie Morel (1851-1934).

Famille Baillod

Paul Alexandre Baillod, originaire de Gorgier, naît au Locle le 5 août 1886 et décède le 4 septembre 1950 à Cortaillod. Il est fils de Paul Baillod et de Louise Esther, née Houriet. Devenu veuf, Paul Baillod père se remarie avec Marie, née Perret, que Paul Baillod considérera comme sa seconde mère. Paul Baillod a un frère, Jean Baillod, qui, avec son épouse Yvonne Baillod, fera sa carrière en Floride comme astronome.

Paul Baillod est, par sa mère, le neveu de Charles-Auguste Houriet, père de l’écrivaine Cilette Ofaire (de son vrai nom Cécile Houriet, 1891-1964), de Cécile Houriet, épouse en 1882 de Paul-Edouard Dubied (1855-1911), et de Anna-Henriette Houriet (1852-1938), épouse d’Alfred-François Langer (1838-1909), ingénieur chez Suchard.

Paul Baillod épouse le 14 septembre 1915 Inès Bourquin (1891-1985). Le couple n’aura pas d’enfants, de même que le couple formé par Jean et Yvonne Baillod. C’est Jean-Paul Bourquin, neveu et filleul de Paul Baillod, qui a ainsi conservé les papiers de famille de Paul Baillod.

2.4 Historique de conservation

Le fonds a été conservé dans la famille de M. Jean-Paul Bourquin, qui l’a remis partiellement aux AVO en 2007, après son déménagement de Cortaillod à Neuchâtel. La famille conserve encore une partie notable de ses archives.

La Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds a reçu en 2000 un fonds Albert et André Bourquin (4 m. linéaires), contenant essentiellement des documents relatifs à l’architecture. (CHNE CFBV BOU)

La Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN) conserve également un fonds Paul Baillod.

Le Fonds Cilette Ofaire conservé à la BPUN contient des pièces relatives à Paul et Inès Baillod, Paul Baillod étant le cousin germain de Cilette Ofaire.

Le Fonds Houriet conservé aux AVO contient un journal intime de la grand-mère de Paul Baillod, Rose Houriet-Dubied, ainsi que des photos de ses parents et d’autres membres de sa famille.

2.5 Modalité d'entrée

Don de M. Jean-Paul Bourquin, Evole 31 à Neuchâtel, 2007.

Contenu

3.1 Présentation du contenu

Le fonds contient des documents de plusieurs sources différentes :

A. Fonds Bourquin

a)     le fonds Julien Bourquin, qui comprend principalement des carnets de la mère de Julien Bourquin (donc la grand-mère de Jean-Paul Bourquin), Marie-Caroline Bourquin, née Jaccard, et des documents relatifs à la famille du pasteur Jean-Frédéric Morthier, un des prédécesseurs de M. Julien Bourquin à la cure de Saint-Martin.

b)     un cahier de citations recopiées par Julie Scholl, grand-mère maternelle de M. Jean-Paul Bourquin.

c)      un livre d’or de la famille Gros (ou Gross) de La Neuveville, que M. Jean-Paul Bourquin tenait de sa mère Violette Gros.

d)     des livres de recettes et dépenses de Mlles Louise et Lucie Delachaux, tantes de l’épouse de M. Jean-Paul Bourquin, Jacqueline Marignane, dont la mère était une Delachaux.

B. Fonds Baillod

a)     le premier volume du Journal intime de Hans Gygax, rédigé à Aarau et à Neuchâtel du 28 mai 1888 au 14 janvier 1891. Ce Journal se trouvait dans les papiers de Paul Baillod qui s’occupait, dans le cadre de son étude, des affaires de la famille Gygax. M. Jean-Paul Bourquin se souvient de l’existence d’un autre exemplaire (ou d’une suite) de ce Journal, conservé dans une autre famille.

b)     des papiers relatifs au mariage de Paul Baillod et Inès Bourquin

c)      une correspondance, dont une très intéressante série de 68 lettres écrites par Baul Baillod à sa famille, de Dresde, puis d’Heidelberg, entre 1905 et 1907, et une autre série de lettres de Paul Baillod à sa promise, puis son épouse Inès (1906-1927).

3.3 Accroissements

Le fonds sera peut-être complété par d’autres documents, en fonction des décisions de la famille du donateur.

3.4 Mode de classement

Le fonds est classé.

Conditions d'accès et utilisation

4.3 Droit d'auteur, conditions de reproduction

La reproduction ainsi que la publication des documents sont soumises à l'autorisation des AVO

4.4 Langue des documents

français

Contrôle de la description

7.1 Note de l'archiviste

La description a été établie par Jacques Ramseyer et relue par Jacqueline Rossier.

7.3 Date(s) de la description

Novembre 2014



Retour